Terra Azzura: la genèse d’une belle collaboration

Olivier Echaudemaison a encore frappé fort avec le lancement de sa nouvelle ligne de maquillage. Mais il n’a pas travaillé tout seul. Laudomia Pucci, Pucci Image Director, s’est associée à la création et ce n’est pas pour rien que la collection se nomme Guerlain by Pucci. Retour sur la genèse de la collection.

Quand deux ténors de l’univers du luxe et du maquillage mettent la main à la pâte pour créer 
ensemble, le résultat est forcément surprenant. Comment se déroule une telle collaboration et qu’en est-il du processus de création? Les deux créateurs ont été interviewés et l’analyse des réponses peut éclairer certaines de nos interrogations.

Déjà, il faut savoir que ce n’était pas la première fois que Laudomia Pucci et Olivier Echaudemaison travaillaient ensemble. Cette fois-ci, la collaboration s’est faite naturellement, principalement parce que le maquilleur de Guerlain travaillait en laboratoire sur une collection d’été avec des des couleurs de la Méditerranée. Son choix s’est porté sur Pucci, l’une des marques qui évoque la Riviera avec le plus de force.

Tous deux d’origine latine, ils disent avoir connu une alchimie professionnelle du fait de leur caractère expansif et démonstratif commun. Le fait que tous deux aient des personnalités très affirmées n’a pas du tout joué en la défaveur de leur collaboration.

Les deux maisons, toutes deux reconnues dans l’univers du luxe, ont marié leur image et leur notoriété et toutes les deux sont également sorties grandies de cette association. Olivier Echaudemaison reconnaît qu’une histoire comme celle Pucci est favorable pour Guerlain car cela lui confère une image de style, à ses yeux meilleure que celle de la mode. Laudomia Pucci de son coté est ravi d’avoir donné une autre dimension à Pucci en faisant la preuve de son excellence sur un autre secteur.

Il s’agit effectivement d’une collection très réussie et nous avons tout l’été pour en profiter!



Les années 20, des sautoirs, et Shalimar

Ah les années 20! Ces années que l’on appelle communément les années folles, car portées par une joie de vivre et une extravagance qui ont marqué l’histoire de la mode. Les créateurs y reviennent toujours car les trouvailles en matière de mode ont été remarquables et l’année 2012 ne fait pas exception. Pour Guerlain, les années 20 ont aussi été riches en création. L’occasion de voyager dans le temps!

Les années 20, c’est l’animation de Montmartre et Montparnasse, les envolées sonores des trompettistes, les salons de Gertrude Stein, les débuts du surréalisme et de l’Art Déco, l’avènement du Music-Hall et l’arrivée du jazz, du charleston et du shimmy que l’on danse avec énergie dans les dancings enfumés ou lors des cafés concerts.

C’est aussi l’apparition de la mode garçonne, modèle de la femme émancipée qui boit, qui fume et qui affiche ses amants ou amantes sans complexes. Pour affirmer cette émancipation, le look n’a plus rien à voir avec les tenues corsetées du XIXème siècle: cheveux courts pour une allure androgyne, port de la jarretière, sautoirs et colliers longs, longues écharpes fluides, fume-cigarette et surtout des chapeaux en veux-tu en voilà: cloche, casque, calot, toque, ou encore bonnet d’automobiliste complètent les tenues.

Une telle révolution n’est pas sans marquer le monde de la mode de manière irrémédiable et reste une référence en terme d’audace et de créativité pour les créateurs d’aujourd’hui. Dans les années 1920, Jacques Guerlain est également très prolifique qu’il s’agisse de parfums avec JasminBouquet de Faune ou encore Candide Effluve, ou de maquillage avec le Khôl Lynx, les rouges à lèvres Rose Lip Bengale ou Rouge d’Enfer, connu pour sa tenue indélébile et son design sophistiqué.

Il suffit, en plus d’un chapeau cloche et d’un joli sautoir, de quelques gouttes de Shalimar, créé en 1925, pour réactiver les réminiscences de cette époque endiablée!



A l’heure…des lèvres bleues!

Sous couvert de révolutions en matière de gloss, les grandes marques de luxe étaient restées plutôt traditionnelles jusqu’ici. Dégradés de couleurs chaudes allant du rouge abricot au rouge chocolat, avec quelques nuances de rose par ci par là, l’audace n’était pas vraiment au rendez-vous! Guerlain vient de bouleverser les conventions en proposant un gloss bleu indigo!

Du rouge? Du rose? Du magenta? Du rouge carmin? Non du rouge cerise, ou un petit rose pâle peut-être? peu importe l’épithète que l’on accole, un rouge, qu’il soit brique, framboise ou corail, reste un rouge. Un rose reste un rose. Une couleur chaude reste une couleur chaude. Et jusqu’ici, autant dire que la priorité était donnée aux couleurs chaudes quand il s’agissait d’habiller nos lèvres.

Cela se comprend fort bien! Le rouge est sensuel, fait de nous des femmes fatales en un rien de temps. Le rose est sucré et rend notre bouche tout simplement craquante! Ce sont des classiques qui fonctionnent à chaque fois. C’est ce qu’on appelle des valeurs sûres. Mais voilà, on a vite fait de tourner en rond.

Cette année, la maison Guerlain a osé, enfin, la révolution des couleurs en lançant un gloss bleu indigo parmi une collection de 11 produits inspirés de la Riviera, élaborée en collaboration avec la maison italienne Pucci. Olivier Echaudemaison et Laudomia Pucci ont travaillé de concert et les résultats dépassent nos espérances. Si les couleurs chaudes constituent la majorité de la collection, Guerlain a encore une fois prouvé son goût de l’audace en osant le bleu à la Enki Bilal.

Si le bleu peut faire peur parce que « too much », c’est sans compter avec le fait qu’il ne s’agit que d’un voile discret. Point d’outrage! et le bleu a l’avantage de rendre les dents plus blanches, par contraste.


L' »Heure bleue », ce parfum indémodable

En cette période faste de sortie d’un nouveau parfum (« La Petite Robe Noire, enfin!) et d’une nouvelle collection (« Terra Azura »), n’oublions pas les grands classiques de Guerlain. On fait place à la nouveauté, certes, mais rien ne vaut un petit voyage dans le temps pour retrouver des fragrances qui n’ont pas pris une ride. « L’Heure bleue », considéré comme le Graal de nombreuses perfumistas, en fait partie.

Créé en 1912, ce grand frère de Shalimar est, à l’instar de « Chypre », une création de Jacques Guerlain qui s’était laissé séduire et influencer par le travail de François Coty lorsque celui-ci créa « Chypre ». La structure de l' »Heure Bleue » rappelle sur de nombreux points celle de Coty : des matières naturelles (ylang ylang, bergamote, néroli), mêlées à de nouvelles bases composées de molécules synthétiques reconstituant des odeurs naturelles (l’Iralia, qui contient des méthyl-ionones à l’odeur de violette ou encore la Dianthine qui reproduit une odeur d’œillet grâce à l’eugénol). Elle diffère sur ce seul aspect d’une importance ô combien capitale : « Chypre » était violent, brutal et difficile à porter. C’est là que la touche « Guerlain » change toute la donne et fait de loin la différence.

« L’heure bleue » est légère, équilibrée et subtile. Un véritable extrait de miel et de fleurs au service d’une composition florale tonique et chaleureuse. Un parfum qui confère une élégance naturelle à toutes les femmes; un classique déroutant qui flirte harmonieusement avec la modernité et peut être porté par toutes les générations. Toujours fidèle à cette touche orientale qui caractérise de nombreux parfums Guerlain, cette fragrance possède le caractère typé de Shalimar. Trois types de notes florales surprennent dans l’ »Heure bleue » : la rose romantique,  des accords boisés mystiques en résonance avec les épices et aromates (clou de girofle), auxquels  Jacques Guerlain a ajouté des notes sensuelles comme l’iris et l’héliotrope. Le fond de l' »Heure Bleue » est onctueux comme une crème grâce à la vanille, le santal et le musc.


Un mois de mai « vernis » !

Le vernis, c’est fashion. Alors qu’il y a quelques années, il s’agissait plus d’une mode estivale, le vernis en fait voir de toutes les couleurs (rouge, orange, mauve, noir pour ne citer que ces couleurs), et ce pendant toute l’année. Et bien évidemment, on trouve son bonheur avec Guerlain…
La gamme de vernis « Divinora » de Guerlain a cette particularité de jouer avec des effets nacrés ou laqués. Bien sûr, Guerlain a réussi à mettre sur pied une gamme de qualité, alliant une texture protectrice à une couleur éclatante. Dans son petit flacon en verre bien isolant, la bonne application du vernis est assurée par un pinceau applicateur incorporé. Comme du tout « made in Guerlain », la tenue est parfaite, rien à redire sur l’éclat. Bref une vraie merveille ! Et il y a du choix : huit teintes naturelles, laquées ou nacrées, histoire d’en jeter jusqu’au bout des ongles !

La gamme Terra Azzurra de la nouvelle collection printemps été 2012 : on ne peut pas ne pas mentionner cette nouveauté. Les vernis de cette collection sont à l’image de la collaboration Guerlain/Pucci : des teintes pop et flashy, dignes d’un été funky. Des rayures vertes, blanches et bleues habillent les packagings des produits (n’ayez crainte, on ne le voit pas sur la photo !). Et si vous voulez la jouer raccord, osez les gloss de la même collection, assortis aux vernis !

Enfin, pour les adeptes de french manucure, il existe évidemment le kit Guerlain, qui inclue le vernis blanc pour tracer l’extrémité de l’ongle, le rose pour laquer et le « top coat » pour la tenue parfaite !


« Orchidée Impériale » : suite et fin !

Avis à toutes ! Le cinquième et dernier court-métrage  de la web-série « Exploring Orchidée Impériale » vient d’être mis en ligne par Guerlain. L’occasion de vous mettre en ligne les deux derniers épisodes, si vous ne les avez pas déjà vus !

Découvrir le monde de l’orchidée n’est pas une mince affaire, même lorsqu’on s’appelle Michelle Yeoh. L’actrice nous guide donc pendant cinq épisodes sur les traces de cette plante majestueuses repérée depuis longtemps par la grande maison de luxe française. Guerlain lui a même consacré un orchidarium pour conserver cette fleur rarissime et lui permettre de se développer dans un environnement idéal. Dans la série « Exploring Orchidée Impériale », nous avons déjà suivi l’héroïne de « The Lady » dans le jardin expérimental de Guerlain en Suisse, mais aussi dans le laboratoire de recherche en France. C’est en Chine, plus particulièrement dans le Yunan, que l’aventure se termine.


Mascara Noir G : Guerlain réinvente le densificateur de regard

Le choix du mascara est une étape obligée mais délicate. Pour beaucoup de femmes, ce choix reste difficile puisqu’il convient de bien déterminer sa gamme de produit. Mascara traitant, allongeant, gainant ou densifiant, l’enjeu est de ne pas se tromper.

Le mascara traitant convient à l’utilisation de tous les jours. Tout en douceur, il permet de colorer les cils et de rehausser leur courbe sans tomber dans la surenchère. Mascara light, il fera l’affaire pour garder des cils souples et hydratés.

Le mascara allongeant, c’est la solution pour les femmes qui n’ont pas de cils suffisamment longs. Par ce qu’il intensifie le regard, le cil doit alors être allongé et étoffé par ce mascara structuré par une brosse avec six points de contact.

Autre solution : le mascara densifiant. Composé d’une brosse plus importante que chez les autres mascara, cette gamme va densifier les cils par une couche intense qui donne du volume aux cils, toute la journée.

Enfin le dernier, c’est le mascara gainant avec lequel les cils sont recouverts d’une gaine noire brillante. Peu de produits parviennent à proposer un choix de qualité dans cette gamme. Chez Guerlain par exemple, le Mascara Noir G permettra d’obtenir un résultat parfait en surlignant le regard pour des cils d’une plus grande longueur apparente. La force de ce mascara : une formule enrichie de pigments noirs qui donne volume et définition aux cils. Ajoutons enfin que Mascara Noir G de Guerlain innove en étant rechargeable et en intégrant un miroir dans un véritable petit bijou en écrin métallique


Sculptez votre hâle au rythme des saisons !

Certes, il y a la poudre bronzante de la nouvelle collection Terra Azzura qui pique, à raison, la vedette à tous les produits destinés à nous donner bonne mine. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut forcément oublier les malheureux délaissés ! La collection Terracotta de Guerlain, sortie l’année dernière, vaut toujours son pesant de cacahuète (et quelle cacahuète de luxe !). Petit tour de vitrine…

A chaque saison son teint : la poudre compacte 4 saisons

Une poudre qui se garde toute l’année et qui adapte le bronzage à la saison, à la nuance près ! Quelque soient la luminosité ou le soleil, la poudre compacte 4 saisons Terracotta sculpte idéalement le teint et reproduit à la perfection le hâle désiré. La peau se pare d’un ravissant éclat doré, naturellement adapté à son teint naturel (le produit existe en deux harmonies : blondes et brunes). Et last but not least : non seulement ce produit garantit une mine sublime 100% naturelle (ça c’est ce qu’on veut faire croire !), mais la formule est enrichie d’une protection solaire IP10 !

La poudre libre minérale Guerlain, ou la légende du pouvoir unifiant des Minéraux

La poudre bronzante Terracotta Mineral glisse et fond sur la peau dans une osmose qui semble aller de soi. Oui, il s’agit bien d’une poudre, mais qui reste aussi légère qu’un songe sur le  visage. Immédiatement le teint est parfaitement unifié, sans aucun effet « seconde peau », seulement doté d’un hâle merveilleux. La poudre est disponible en trois teintes (01 Light, 02 Medium et 03 Dark).

Hydratation extrême : la poudre bronzante Haute Tenue de Terracotta

Hydratante et bronzante, cette formule unifiante est enrichie en actifs hydratants qui assurent un confort longue durée sur la peau. Véritable produit mythique et complice de toutes les femmes, sa texture unique et inimitable, est le secret le mieux gardé de Guerlain depuis sa création en 1984. Elle ne laisse aucune trace, aucune marque, juste un hâle éclatant de naturel, lumineux et jamais égalé. Petit détail qui conserve néanmoins son importance : l’odeur est extrêmement agréable. Bref, un coup d’éclat digne de ce nom, à coups de notes solaires et sensuelles.


Après les nouvelles collections femmes, voilà venu le tour des hommes !

 

On vous savait impatients, mais voilà de quoi satisfaire votre curiosité. Sur sa lancée printanière, la maison Guerlain vient de sortir une nouvelle fragrance pour vous les hommes : « L’Eau boisée » !

On vous avait déjà fait tout un papier sur « Habit Rouge », un parfum masculin légendaire qui était apparu en 1965 et qui avait fait peau neuve en octobre 2011. Cette fois-ci, Thierry Wasser a décidé de raconter sa propre histoire en actualisant «Guerlain Homme», donnant par la même occasion une version indomptable (la sienne !) d’une fragrance inoubliable. A l’image de l’homme Guerlain, la maison de luxe décrit sa dernière création comme un péché exquis : « Et puisque la « gourmandise » est un merveilleux défaut quand elle chatouille nos narines, ici nous « abusons » des bonnes choses à la touche élégante » .

Alors qu’attendez-vous ? Foncez !


« Rouge automatique », le rouge-à-lèvres indémodable

Il est sorti au printemps de l’année dernière, mais ce n’est pas une  raison pour l’oublier et sauter sur les nouveaux gloss et rouges-à-lèvres de la nouvelle collection Guerlain printemps 2012 ! Il faut dire que la célèbre maison de luxe française excelle en matière de produits cosmétiques et de rouges-à-lèvres. C’est d’ailleurs Guerlain qui a inventé le premier bâton de rouge… Merci Guerlain !

Avec « Ne m’oubliez pas », Guerlain signait en 1870 son premier bâton de rouge et le premier tube de l’histoire du maquillage moderne. Sous l’aspect d’un bâton de cire rose, ce premier rouge-à-lèvres était accompagné d’un étui proposé avec poussette, et, comble de la sophistication, rechargeable. Au fil des décennies, Guerlain invente et innove, et c’est ainsi qu’en 1936,« Rouge Automatique » voit le jour. Une véritable petite merveille Art Déco, qui prend forme sous l’aspect d’un stick sans capot.
Fidèle à sa mission d’allier héritage et modernité, Guerlain ressort « Rouge Automatique » des archives en 2011. « Rouge Automatique » s’ouvre en un tour de main et fait encore et toujours fureur avec ses couleurs pop et funky. Guerlain réinvente le geste le plus féminin et crée un rouge à lèvres XXIe siècle à l’application « one hand ». Au premier clic, la couleur jaillit et vient se poser sur les lèvres qui se pigmentent de teintes pop et ludiques. La texture fine et sensuelle, légèrement pailletée, glisse sur la bouche pour s’y fondre telle une seconde peau. C’est la magie du raisin cristal du nouveau rouge Guerlain. Un it-lipstick, à l’écrin couture, qui se décline en 25 teintes aux intitulés cultes.