Aimé Guerlain ou le parfumeur impressionniste

Aimé Guerlain a une trentaine d’année quand il accède au statut de parfumeur. Le poids de l’hérédité retardera son émancipation créative. Il commencera par prolonger le travail de son illustre père en usant de sa connaissance technique plus que de son talent. Mais quand il laisse jaillir son inspiration, il entre dans l’histoire de la parfumerie avec le parfum Jicky. 

Ses premiers parfums restent relativement inconnus à ceci près que ses fragrances sont une imitation sensible de la nature. Le plus
célèbre est le « Bouquet de l’exposition » qui fut lancé lors de l’Exposition universelle de 1867.

Aimé perpétue la tradition Guerlain et crée des senteurs pour une soirée, pour une personnalité ou une tête couronnée : « Maréchale Duchesse », l’« Eau de Don Fernando » ou « Imperial Russe » en 1879.

A la fin du siècle, le monde change en même temps que les mentalités. l’orientalisme imprègne les œuvres de nombreux artistes et les contemporains du parfumeurs se prennent à rêver d’ailleurs et d’exotisme. Aimé Guerlain va inscrire ces créations dans cet esprit.  D’autant que plus jeune, il a parcouru le monde avec son père et connaît l’importance de cet ailleurs.  Certaines de ses oeuvres, datées des années 1870, témoignent de sa volonté de dépasser les frontières de l’Hexagone : « United States Perfume », « Violette d’Alger », « Syringa du Japon », « Moskwskaia », « Oppobalsam de La Mecque », « Fleur d’Italie »…

Comme l’artiste de cette époque, qui ne cherche plus la reproduction fidèle de la nature mais la capture de sa vérité, Aimé va privilégier les émotions et les sensations qui surgissent de la métamorphose du réel.

Si Aimé est entré au panthéon des grands parfumeurs, il le doit à sa création exceptionnelle, « Jicky », en 1889. La sortie de « Jicky » correspond à une étape essentielle dans l’histoire de la parfumerie.

D’abord, les femmes le boudèrent, effrayées par cette odeur complètement nouvelle ; ce furent les hommes qui le portèrent. Cette fragrance symbolise un changement dans les mentalités et inaugure une mutation, dans la fabrication même du parfum,
par l’emploi pour la première fois de produits de synthèse sans lesquels aucun grand parfum n’aurait pu voir le jour.

Par cette association harmonieuse entre les produits synthétiques et les produits naturels, « Jicky » est considéré, dans l’histoire de Guerlain et de la parfumerie en général, comme un lien entre le xixe et le xxe siècle.

L’origine du nom n’a jamais vraiment été éclaircie. Jicky était le diminutif de Jacques, alors âgé de quinze ans, et qui ignorait que son destin le conduirait à créer près de quatre cents parfums dont des senteurs toujours célèbres quelque cent vingt ans plus tard. Aimé avait beaucoup d’affection pour ce neveu qui se passionnait pour les odeurs et les harmonies. Mais Jicky était également l’amour de jeunesse d’Aimé. Il avait rencontré cette jeune Anglaise lors de ses études à Londres et il ne l’oublia jamais.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :